Mise en scène

Théâtre d’Ailes Ardentes
Intime et de proximité, un art de la relation

Rodrigo Ramis

Metteur-en-scène
Directeur Artistique,
Concepteur et Porteur de projet

Il m’est nécessaire, aujourd’hui, de laisser parler un être, par lui-même.
De l’écouter. Simplement. En proximité, dans un lieu singulier. Comme une offrande.
Mais qui parle ?
Il n’y a pas de personnage à jouer; il se laisse imprégner d’une parole d’ailleurs
et d’autrefois, il donne sa voix, son corps, ici et maintenant : aujourd’hui.
L’atmosphère est chaleureuse, intime, temps de partage qui ouvre au dévoilement.
Nous sommes dans “ notre maison d’un soir “.
L’Art de la Relation est la seule chose qui importe.
Ce qui reste est ce qui suit son cours.
Au cœur, le Silence

Réalisations

Toutes nos actions commencent avec une Cérémonie de Café

Chimère d’Ailes Ardentes

de Jordan Estevan (Mexique)

Prix Littéraire Kutxa 2005, San Sebastian, Espagne
création 2014 au Printemps de la Création Théâtrale, Paris,

et Nous N’Irons pas à Avignon, Vitry-s-Seine

25 représentations
Performance Claire-Monique Scherer, Rodrigo Ramis
Reprise prévue à Anis Gras, Arcueil en saison 20/21

 

Jeu et Théorie du Duende

de Federico García Lorca

Création à la Galerie Ofr, Paris, février 2014
28 représentations en vf,

5 représentations en vo au Chili,

janvier 2017 et 2018
Performance Rodrigo Ramis
Reprise prochaine

Au Cœur de l’Être

Poésies de et par Rodrigo Ramis
Création. 8 représentations en vf, 2 en castillan.
Exploitation à suivre

 

Café Poésie Nomade

Rencontre ouverte et participative de poésies
création en novembre 2015.

Plus de 80 soirées performatives

 

Chantier de travail

Aujourd’hui
d’après Pas Dans le Cul Aujourd’hui,
de Jana Černá aux Éditions La Contre Allée
avec Claire-Monique Scherer

Independencia Cultural

Mon aventure en tant que concepteur artistique…

…commença fin 2013 avec la proposition de Chimère d’Ailes Ardentes, nouvelle de Jordan Estevan, auteur mexicain que j’ai rencontré à Paris en 2011 et qui m’a proposé ce texte pour lui donner vie. Alors est né Théâtre d’Ailes Ardentes, association loi 1901, qui me posa aussitôt la nécessité de former une équipe artistique.

Commença alors une collaboration avec la costumière Stéphanie Coudert, avec le musicien-compositeur Germán Estrada Fricke, les artistes visuels Jorge Zambrano Núñez, Anne-Claire Thevenot, Mayanna von Ledebur et, surtout, avec la comédienne Claire-Monique Scherer. Plus récemment, Sebastien Aldunate nous a rejoint pour les lumières et la technique, et Merlin Pardo aux captations vidéos.

Le Théâtre, un art de la Relation

Nous abordons l’expérience d’une Soirée de Théâtre comme une invitation à passer un temps dans “ notre maison d’un soir “. Le public est accueilli dans un premier espace, le “ salon “, dans lequel aura lieu une Cérémonie de Café. Après la dégustation, nous allons dans un deuxième espace, la “ chambre ” de l’intimité, où l’histoire sera partagée : en proximité. Les spectateurs sont tels des témoins ou les invités du soir.

 

La jauge maximale souhaitée est de 120 personnes.
La configuration est essentielle : le cercle est une disposition bien plus organique et démocratique. Aussi, nos propositions se présentent souvent en hémicycles : nous préférons donc les espaces modulables.

 

La lumière dans l’espace est globale : pas de séparation majeure entre l’espace de l’action (scénique) et celui des spectateurs, chaque personne voit la comédienne, la comédienne voit l’ensemble du public mais aussi chaque personne, et chacun se voit être vu !

Le lien avec la nourriture

Une Cérémonie de Café a lieu en ouverture de chacune de nos actions.

 

Historiquement, cela est lié au fait que lors de la période de gestation de ma proposition théâtrale, 2011-2013, je fréquentais La Caféothèque, premier coffee shop de spécialité à Paris. Sa patronne, Gloria Montenegro, est à la base une littéraire, et la proximité du lieu avec la Cité Internationale des Arts de Paris faisait qu’il y avait souvent des artistes du monde entier, et les jams ou autres propositions artistiques impromptues étaient fréquentes. C’est ainsi que j’ai eu souhait d’y créer une première lecture, en profitant pleinement des espaces, au-delà des conventions; et de proposer une Cérémonie de Café, en écho à la Cérémonie de thé du zen japonais mais adaptée à la spécialité de la maison, comme un temps de première rencontre avec la mise en valeur de cette boisson et de sa préparation, lui donnant aussi valeur performative et artistique. La qualité du café est essentielle, car “ tu es fait de ce que tu manges “.

 

Depuis 2015 nous sommes fournis par la Brûlerie de Belleville, maison de laquelle je suis client, et dont je connais les fondateurs de La Caféothèque.

Les histoires à lire et à raconter

Je ne choisis pas les textes, mais les textes me choisissent.

 

Ce ne sont pas de textes de théâtre au sens conventionnel : nouvelle, conférence, une lettre, des poèmes. Ils demandent à être partagés, offerts. Chaque texte a sa demande spécifique, qui n’est pas forcément une “ théâtralisation “, entendue au sens de l’acceptation de l’espace et d’un temps d’un ailleurs. Ici, ce qui est à l’œuvre est ce qui est là. Il n’y a presque pas d’artifice, si ce n’est l’accord tacite d’être présents et de voir et écouter.

Je cultive l’art de la lecture, celle-ci met de côté la notion de “ jeu “. Nous sommes au-delà de l’interprétation : le travail est celui de la Présence, peu importe ce qui est fait : lecture, improvisation, ou partition d’ensemble sue.
C’est la qualité de la relation de la comédienne à elle-même, et aux autres, qui est au cœur de notre réalisation. Elle ne résulte pas d’un processus de répétitions classique, aussi personnel soit-il de direction d’acteurs, mais d’un accompagnement, d’une mise en confiance. Cela reste une expérience de l’instant, de l’ici et maintenant.

Une expérience de théâtre visionnaire ou divinatoire tel que pratiqué par les amérindiens, où il s’agit pour le performer de se sonder avec un matériau qui lui est en partie familier mais que l’expérience de la perception du présent nourrit de matières inédites. C’est aussi ce qui est posé par García Lorca dans Jeu et Théorie du Duende.

Performance Claire-Monique Scherer, Rodrigo Ramis
Costumes Stéphanie Coudert
Arts Jérémie Paul, Anne-Claire Thevenot, Jorge Zambrano Núñez, Mayanna von Ledebur
Musiques German Estrada Fricke, Peter Corser

Lumières, Technique Sébastien Aldunate
   Vidéo Merlin Pardo

Conception Rodrigo Ramis

PARTENAIRES

Résident à Anis Gras, Arcueil

Compagnie Théâtre du Bout du Monde, Nanterre
Théâtre Aleph, Ivry-s-Seine
Centre de Travail La Guillotine, Montreuil
SPEDIDAM l’alliée d’une vie d’artiste
Anis Gras, Arcueil

Collectif Focus Trap, Montreuil